Atelier organisé par l’OMI à Londres – avril 2018

Posted: 27/04/2018

Plus de 40 États ainsi que diverses organisations du secteur ont participé à un atelier de deux jours sur la Convention SNPD de 2010 organisé par l’Organisation maritime internationale (OMI) en coopération avec les FIPOL, qui s’est tenu au siège de l’OMI les 26 et 27 avril 2018.

L’atelier a été ouvert par le Directeur de la Division des affaires juridiques et des relations extérieures de l’OMI, Frederick Kenney. L’Administrateur des FIPOL, José Maura, a également prononcé une brève allocution d’ouverture, les deux orateurs mettant l’accent sur les progrès réalisés en vue de l’entrée en vigueur de la Convention et en particulier les ratifications récentes par le Canada, la Turquie et précédemment la Norvège.

L’atelier a porté essentiellement sur les questions pratiques que les États qui mettent en œuvre la Convention SNPD de 2010 devront vraisemblablement résoudre. Il a comporté un certain nombre de présentations et de séances de discussion, François Marier (Canada) en étant le modérateur. Les séances de discussion ont abordé des sujets tels que la démarche suivie par les États pour mettre en œuvre la Convention, la notification des cargaisons donnant lieu à contribution, les sinistres et les risques liés aux SNPD, les points de vue des armateurs et des chargeurs sur la Convention et son intérêt sur le plan mondial. Les FIPOL ont fait trois présentations au cours des deux jours et étaient présents pour répondre aux questions et participer aux discussions tout au long du processus.

À la clôture de l’atelier, M. Marier s’est félicité des fructueux échanges d’informations et discussions. En particulier, il a fait référence au front uni de soutien à la Convention dont avaient fait montre à la fois les armateurs et les chargeurs qui encourageaient activement les États à poursuivre le processus de mise en œuvre. Les États ont été encouragés à coopérer, à mettre en application les conseils fournis par leurs homologues ainsi que l’expertise de l’OMI et des FIPOL et les outils qui avaient été mis à disposition pour mieux faire connaître la Convention au sein de leurs administrations. Il a noté les progrès évidents réalisés en vue de l’entrée en vigueur de la Convention et l’élan qui s’est clairement manifesté ces derniers mois, le message final étant qu’il incombait désormais aux États de veiller à ce que cet élan ne s’essouffle pas, mais qu’au contraire, la Convention reste en tête de la liste des priorités nationales de chaque État.

Les exposés présentés au cours de l’atelier peuvent être téléchargés à partir de la section de documents du site Web de l’OMI et seront disponibles sur www.hnsconvention.org en temps voulu.